OceanPaddler World Series min races reduced to 5

More
12 years 2 months ago #9195 by [email protected]
Just had an update from Dean Gardiner:
The minimum number of races required for a paddler to qualify for the world series title is five (reduced from eight).
This makes it more likely that a credible number of paddlers will compete in the series and that the champion won't be simply the paddler who travels to more races than anyone else.

Rob

Currently Fenn Swordfish S, Epic V10 Double.
Previously: Think Evo II, Carbonology Zest, Fenn Swordfish, Epic V10, Fenn Elite, Red7 Surf70 Pro, Epic V10 Sport, Genius Blu, Kayak Centre Zeplin, Fenn Mako6, Custom Kayaks ICON, Brian's Kayaks Molokai, Brian's Kayaks Wedge and several others...

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
12 years 2 months ago #9196 by jamo
hi robin
just my opion i dont realy know how the system works.
but i thought it would better for the sport to have all the top paddlers doing the same races be it 2 or 22 to be the world champ.
realy enjoy your video of yourself and oscar in the double find it a great learning tool and watched it several times

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
12 years 2 months ago #9197 by tony h
positive development!
where is the video with Robin & Oscar?
couldn't find it by searching website?
thanks

ski's - McGregor C/R // Nelo 560L // Epic: 1st/2nd/3rdG V10/10L/10 sport, V14, V12, V8, V7, double -v10/v8 // Stellar: SES 1G/2G, SEI 2G // Fenn: double, elite SL, swordfish 1G/2G // Carbonology: vault, atom, flash //hayden spec ski / gibbons oc. ski / red7 / stealth spec/ocean ski / think legend

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
12 years 2 months ago #9205 by [email protected]
Here's the video:
Downwind with Oscar

Enjoy!

Rob

Currently Fenn Swordfish S, Epic V10 Double.
Previously: Think Evo II, Carbonology Zest, Fenn Swordfish, Epic V10, Fenn Elite, Red7 Surf70 Pro, Epic V10 Sport, Genius Blu, Kayak Centre Zeplin, Fenn Mako6, Custom Kayaks ICON, Brian's Kayaks Molokai, Brian's Kayaks Wedge and several others...

Please Log in or Create an account to join the conversation.

More
12 years 2 months ago #9350 by Hiro
I have translated your article into french for the non-english reader paddlers.

Please ask to Joe Glickman if I can publish it on my blog.


Oceanpaddler World Series : des petits pas vers la gloire.

OceanPaddler World Surf Ski Series 2012 : 16 courses dans 13 pays sur 12 mois - enfin un vrai championnat mondial de surfski.
par Joe Glickman écrivain et journaliste freelance


Histoire

Tout d'abord, un peu d'histoire. Au cours des douze dernières années j'ai été témoin d'innombrables conversations sur ce qu'il faudrait pour créer un championnat professionnel de surfski d'envergure mondiale. Les composants clés, nous avons tous convenu, étaient : un sponsor en titre avec des poches profondes, des courses au portant se déroulant dans des endroits pittoresques, une équipe de tournage de crack pour mettre en évidence le côté génial notre sport. Mélangez tous ces ingrédients, et en moins de temps qu'il ne faut pour dire "Kelly Slater a 40 ans et il est chauve mais il est toujours le meilleur" que, le surfski suivrait le chemin de la Pro surf et - musique triomphante, s'il vous plaît - gravir les marches de la pyramide alimentaire sportive.

Un bon plan, surtout après la troisième tournée de bières, mais les années ont passé et le championnat ne s'est pas concrétisé. Il y avait quand-même des courses emblématiques comme "20 Beaches", "Cape Point Challenge" et Molokai, mais rien qui approche du Pro Tour de Surf ou de l'Océan Ironman Series en Australie. Puis, en 2006, Rob Mousley, l'administrateur du site "surfski.info", a mené une Série Mondiale de cinq courses. Ces épreuves, qui présentaient un système de décompte des points assez complexe pour donner du fil a retordre au comptable juif de Herman Chalupsky, a été bien accueilli dès le début par les kayakiste connectés au net. Oscar remporté la Série inaugurale puis celle de 2008. En 2009 et '10, Dawid Mocke prenait la première place.

L'année dernière, Dean Gardiner, neuf fois vainqueur de Molokai, connu dans mon quartier comme "Haleine de poisson", a repris les rênes d'une Série qu'il fallait remettre sur les rails. En travaillant avec un comité de course composé d'Oscar Chalupsky, Tim Jacobs, Dawid Mocke et lui-même - un team au cheveu rare et grisonnant ayant environ 300 années cumulées d'expérience de la course (plus ou moins un siècle) - ils ont établi des critères pour le décompte des points, la structure des prix, le format des courses et le calendrier.


Indépendance

Gardiner ne voulait pas que la Série soit dépendante d'un seul fabricant et, par conséquent, s'est assuré de la participation financière des quatre principaux fabricants de ski: Epic, Fenn, Nelo et Think. Daryl Remmler, l'homme de Think kayaks, a fermement négocié le plan de Dean : «Il n'y a aucun engagement financier requis pour faire partie de chaque course. Les constructeurs s'engagent à verser une redevance pour soutenir la Série. Chaque événement se déroule de façon indépendante, et nous serons libres de sponsoriser les organisateurs qui feront le meilleur usage de nos dollars. Par exemple, je suis très attaché à San Francisco et Hong Kong, mais je pourrais aussi travailler avec trois ou quatre autres événements, en fonction des ressources disponibles."

La Série OceanPaddler 2011 comportait six événements: The Doctor à Perth (Jan); Molokai (mai); Durban (Juin), l'île Maurice (Juillet), San Francisco surfski Champs (août) et Hong Kong Dragon Run (novembre) . Remportée pour la troisième année consécutive par Mocke qui s'est placé sur le podium des cinq épreuves auxquelles il a participé, battant son collègue de Cape Town Tom Schilperoort. Michelle Eray a remporté la Série chez les femmes haut la main, enlevant la première place des trois courses auxquelles elle participa.


2012

Gardiner a un plan beaucoup plus ambitieux pour 2012. Il a élargi la série à 16 courses (pour gagner, un kayakiste doit en terminer au moins cinq). En répartissant les épreuves sur 13 pays, cela laisse au kayakiste pour qui les coûts sont prohibitifs et la logistique complexe, un plus grand choix parmi les courses. Cette année, par exemple, il ya cinq courses en Europe. "Regrouper les épreuves permettra aux concurrents de participer à plus d'une course lors d'un même voyage", dit Gardiner, "donnant ainsi aux organisateurs des courses de meilleures chances d'attirer plus de compétiteurs". S'adressant à ses bête noires - les directeurs de course paresseux - il fait pression pour s'assurer que les administrateurs de course restent souples et soient près à modifier leur heure de départ ou leur trajet afin de profiter au mieux du vent.

En bref, la philosophie de course de Dean Gardiner autant en phase avec ce que veulent les kayakistes que sa voix est fausse quand il chante ! Créer des courses bien gérées, au portant - chronométrées et pointés toulours de la même façon - qui soient amusantes et accessibles. "Certains rameurs ne détestent pas de remonter face au vent» dit-il, "mais la majorité des gars veut des courses au portant."

Prenez, par exemple, le US Surfski Champs de San Francisco. Au lieu de remonter face à un glacial vent de face pendant les 8 premiers km, le départ sera donné plus loin sur la côte et la course se fera entièrement en descente. "Je regarde cela de façon purement égoïste" dit Dean, qui à l'âge de 47 ans reste l'un des meilleurs pagayeurs en descente, "mais je pense que c'est la meilleure façon pour aider le sport à grandir."


Dawid Mocke

Trois fois champion de la série Dawid Mocke prevoit de courir 9 des 16 épreuves en 2012. Son avis est généralement optimiste: "Pas de doutes à ce sujet. Ceci est la rampe de lancement que nous avons longtemps attendu". Andre Santos représentant de NELO est d'accord. "La formalisation de règles de course est essentielle pour la crédibilité de ce sport. La combinaison des endroits formidables et la variété des conditions météo offriront un championnat imprévisible et amusant pour les pagayeurs."


Downwind or Die?

Bien que Remmler applaudisse l'énergie de Gardiner, il souligne que si Dean a une faiblesse, c'est son obssession "au portant ou mourir", car "cela ne va pas toujours s'accorder avec le calendrier des grandes courses à travers le monde. Cela dit, le sport a besoin d'un dirigeant et Dean a l'expérience, les connaissances et les connexions pour le faire. "

Pourtant, comme dit Remmler, pour que le championnat de Gardiner gagne du terrain, il a besoin des médias pour grandir. "Sinon, c'est juste une autre série de course. Les médias sont le sujet central. Du point de vue d'un fabricant, rendre notre sport plus accessible est ce qui va peermettre de mettre plus de gens dans les bateaux, et d'élargir la base."

Les critiques de Gardiner, et il y en a plus d'un, insistent qu'il est là pour vendre des bateaux. Il s'agit d'une accusation qu'il ne nie pas. "Oceanpaddler n'est pas une société d'événements, nous sommes dans le business de la vente de skis», dit-il, mais son plus grand objectif est de rendre ce sport plus populaire.

Et il insiste, si un sponsor neutre arrive et veut associer son nom à la Série, il sera heureux de s'en dessaisir. "Bien sûr, je veux vendre plus de bateaux», dit-il, «comme tous les fabricants, mais je le fais aussi parce que je crois que le sport le mérite, et je suis prêt à mettre le temps et les efforts qu'il faut pour réussir. Cette Série est construite non pas tant pour aujourd'hui que pour les kayakistes de demain. Nous devons bien commencer quelque part. "

Mais est-il prêt à le faire dans maillot de course moulant, aux couleurs d'Epic ? "Je le ferai" dit-il, et après un éclat de rire "si vous dormez avec Oscar avec un préservatif fabriqué par Fenn".

Alors que les négociations ont été rompues, j'ai l'intention de me rendre à Perth pour The Doctor le mois prochain (janvier 2012) alors restez branchés.

Please Log in or Create an account to join the conversation.